#Animaux,  | Freestyle |

Cette bêtise que je ne recommencerai plus, je le jure

Pardon, je ne le referai plus…

Hello le monde !

Avant tout, je tiens à m’excuser par avance. Cet article commencera par un acte à ne pas reproduire mais au fil de l’écriture, je vous expliquerai comment j’ai réussi à renverser ma façon de penser.

Pour comprendre comment j’en suis arrivée là

J’ai toujours été entourée d’animaux grâce à mes parents. Poules, canards, lapins, on n’habitait pas à la ferme mais j’ai la conviction que grâce à cette enfance pleine de douceur, cela a aidé à mon apprentissage. J’espère réussir à apporter la même chose à mes enfants.
Moi, petit bout de chou avec des couettes. Elle, Myrtille, un shit-zu chiot noir et blanc de quelques mois. Mes parents l’avait acheté à une éleveuse en face d’où on habitait avec plein de chiot dans la même pièce. Je me souviens avoir ouvert une porte où il y avait des dizaines de Yorkshire qui frétillait de joie. En me remémorant ce souvenir, pas sur que ça soit bien hygiénique | règlementaire | épanouissant pour les animaux..

On a fait un bout de chemin ensemble. Puis, on a grandi, on a évolué. J’ai ri avec elle, pleurer avec elle. Comme un membre à part entière de la famille avec mon frère. Elle nous a quittés en Août 2005. Comble, heureux ou malheureux hasard, elle est partie alors que j’étais en colonie de vacances. J’avais 15 ans. Je suis rentrée et…
– Moi : Elle est où Myrtille ?
– Ma mère : Euh.. viens, il faut que je te parle…

chien de race Shit-zu femelle noire et blanche

L’un des plus gros chagrins.. Pourtant, il finit par être moins important. Les larmes font place aux souvenirs mais la maison reste désespérément vide. Comme toute adolescente, ma vie suit son cours mais au bout de 3 ans, c’en est trop. Je suis en balade avec un ami sur Paris et on se retrouve sur les quais de la Mégisserie…

Le jour de ma bêtise

Devant ces vitres pleines de chiots et de chatons aussi mignons les uns que les autres, on regardait. Au bout de cette boite de verre qui lui faisait office de cage, j’ai vu. Face à moi, une petite boule de poil de shit-zu de 2 mois marron et blanche. Mon coeur a fondu et ma tête s’est dit : Toi, tu vas rentrer à la maison avec moi !

Plus tard, je suis rentrée à la maison. J’avais avec des étoiles dans les yeux. Je ne sais plus comment je l’ai annoncé à ma maman mais sa première réaction, je m’en souviens bien : c’était non !

Un contre-temps 

Sa réaction était plus que compréhensible. Un chien c’est de l’entretien, c’est contraignant et c’est de l’argent. Donc après 3 ans, elle n’avait pas forcément envie de ravoir un bébé à la maison.
Elle qui avait eu des chiens dans son enfance, elle ne pouvait pas nier que ça lui manquait aussi. Un chien qui te fait la fête quand tu rentres le soir ou qui vient faire un câlin quand tu es triste, ça n’a pas de prix.
Le prix justement, on en parlera après..

Je suis retournée le revoir le samedi suivant. Il était toujours là, toujours aussi mignon. Quand j’ai demandé des informations au vendeur pour pouvoir le réserver, il m’a répondu qu’il fallait donner un acompte…
Moi naïve, jamais je n’avais pensé à ça puisque c’était sûr que je le voulais. J’avais juste un contre-temps, ma Maman !

Après de longues discussions plus ou moins houleuses, j’ai vite compris que je n’aurais pas gain de cause. Ma fin était tellement grande, qu’elle a justifié mon moyen ! A ne pas reproduire bien sûr : J’ai menacé de faire l’école buissonnière lundi matin qui a suivi jusqu’à temps qu’elle accepte au moins d’aller le voir avec moi sur Paris.

Au fait, c’était quoi la bêtise ?

Finalement, un samedi du mois de Février 2008, on est rentré avec Cosmo ♡ Le Shit-Zu qui partage ma vie depuis 10 ans !
Pourquoi une bêtise… aller l’acheter dans une animalerie, évidemment !

Tant qu’il y aura de la demande, l’offre ne cessera pas. C’est tristement logique.
S’il vous plait, ne contribuez pas au trafic d’animaux 🙏 Les animaleries s’approvisionnent majoritairement sur ces marchés illégaux où les chiots et chatons sont retirés beaucoup trop tôt de leur mère pour être le plus mignon possible que vous craquiez, que l’ON craque. Il ne sont pas sevrés et donc l’éducation naturelle qu’une maman inculque à son enfant ne sera pas faite. A terme, cela rend des chiens agressifs, peureux, destructeurs ou les 3 à la fois. Je sais de quoi je parle.

⤑ Pensez SPA & Refuges : N’achetez pas, adoptez !

Dans le métro, sur le trajet du retour j’ai essayé de lui trouvé un nom de station qui aurait pu lui aller. J’étais partie pour Wagram mais je voulais quelque chose qui me ressemble. Qu’est ce qui faisait ma vie à cette époque ? Le magazine Cosmopolitain ! Donc Cosmo.
Enfin arrivés à la maison, du haut de ses 2 mois et demi tout tremblant, il s’est habitué et a commencé à faire ses petits caprices de chiot !

Comment j’ai changé ma façon de penser

Je l’ai dit plus haut, Cosmo fait partie de ma vie depuis plus de 10 ans. Il s’en est passé des choses pendant tout ce temps. J’ai grandi, changé, évolué. Je me suis fait mes propres avis et mes propres opinions grâce aux personnes que j’ai rencontré. Un des combats auquel j’ai décidé de m’associer est celui de la cause animale. Cette cause regroupe tellement de choses. La vivisection : c’est une dissection opérée sur un animal vertébré vivant, à titre d’expérience scientifique, en particulier dans le but d’établir ou de démontrer certains faits en physiologie ou en pathologie. Alors que soyons clairs, scientifiquement parlant, les animaux et les êtres humains n’ont rien en commun.

[Instant parenthèse]

Les tests cosmétiques sur les animaux font partie de la vivisection. N’allez pas croire qu’ils mettent juste du rouge à lèvres sur un singe. Ce sont des produits chimiques qui sont destinés à être dans NOS/VOS futurs cosmétiques. Et pour s’assurer que les produits ne sont pas trop toxiques pour notre petite peau, ils testent ça sur des lapins, chiens, souris, etc. S’ils constatent des réactions chimiques sur les animaux, le produit en question ne sera pas utilisé. Suite à cette expérience, l’animal ne sera pas soigné puisqu’il sera la plupart du temps tué. Ne croyez pas que ce sont uniquement les cosmétiques qui sont testés. Par ailleurs, beaucoup d’autres marques qu’on ne soupçonnerait même pas fond des tests sur les animaux. La marque Malborro par exemple. Elle emprisonne des Beagles en leur mettant des masques sur la truffe et ils respirent de la fumée toute la journée… Eux n’ont rien demandé ! Quand on voit le nombre de fumeurs, on se dit qu’il y aurait des rôles à échanger… D’autres marques comme Colgate, Palmolive, Le Chat, 3M (Scotch, Post-it) font des tests sur les animaux.. qui l’eut cru. A priori, je suis vraiment trop naïve.

test animaux cosmétique beagles vivisection

Cette parenthèse pour vous expliquer que ma façon de voir les choses est différente. Cette nouvelle manière de penser inclut donc de plus aller dans les animaleries pour avoir un chien. Cosmo est toujours parmi nous et vit chez mes parents en profitant du grand jardin où il a pris ses petites habitudes, depuis le temps.

Néanmois, en emménageant dans notre nouvel appartement, la présence d’un chien se faisait de plus en plus ressentir. Je voyais toujours Cosmo le week-end mais ce n’est pas pareil. Les câlins du matin sur le lit, ça n’a pas de prix ♡

Je savais qu’un futur nouveau chien allait faire partie de ma vie. Je me suis donc naturellement tournée vers la SPA pour voir les chiens qui étaient (et sont toujours) à l’adoption. J’ai d’abord craqué pour un petit papy de 12 ans, Jacky. Le temps de s’organiser pour aller au refuge, il a été adopté. J’étais un peu déçue sur le coup parce que je retournais voir souvent son profil en essayant de me faire une idée sur son caractère mais tellement contente qu’il ait trouvé une famille. C’est avec plaisir que je suis retournée sur le site pour voir d’autres chiens qui pourraient rejoindre la famille. Mon dévolu s’est jeté sur Fiesta, une chienne dont la photo de profil était trop chou ! On s’est organisé un peu plus vite cette fois et le 6 janvier 2018, nous voilà partis pour le refuge de Vaux-le-pénil(77). Je vous met directement le lien pour adopter si vous aussi, voulez craquer 🙂 Fiesta est en SOS et malheureusement toujours à d’adoption et nous avions eu un coup de de coeur pour Brak ,lui aussi en SOS.

Une épreuve très difficile

Je ne vous cache pas que ça a été très dur une fois sur place. On a été pris en charge par Sonia, un agent animalier. On lui a dit qu’on aurait potentiellement voulu adopter la petite Fiesta. Elle a été prendre sa fiche pour nous en apprendre plus sur la petite puce. En l’attendant, elle a croisé un homme qui ramenait un gros sachet de croquettes.

Il lui a expliqué que son chien venait de mourir et que du coup, il n’en aurait plus l’utilité… Le visage de cet homme, si triste, si malheureux, si dépité. On lisait sur son visage qu’il était en deuil et qu’il avait perdu comme un membre de sa famille. Ça se voyait qu’il avait beaucoup pleuré. De le voir comme ça, alors que je ne le connaissais pas, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer aussi. Entre temps, l’agent animalier est revenue avec la fiche de Fiesta et elle ne comprenait pas comment 5 minutes avant, j’allais bien et quand elle est revient, je suis en pleurs ! Pour en revenir à Fiesta, elle avait été adoptée une première fois mais vite ramenée. Pourquoi ? D’après la fiche, elle détruisait le mobilier, elle faisait ses besoins dans la maison et elle aboyait beaucoup. Présenté comme ça, c’est sur que ce n’est pas vendeur. Pour nous, la destruction du mobilier et les défections, bien que cela ne nous enchantait pas, ce n’était pas bien grave. Un chien, ça s’éduque ! Ce sont les aboiements qui nous ont fait peur. Cela ne fait pas très longtemps que nous avons emménagé dans l’appartement où nous sommes. On a eu beaucoup de mal pour se reloger, on pouvait pas prendre le risque de se faire mettre dehors. Ce n’est donc pas Fiesta qui allait rentrer avec nous.

Un nouveau membre dans la famille

Ensuite, on a fait un tour dans la lignée de boxes derrière l’accueil. Autant, voir tous ces chiens d’un coup m’a fait sacrément du bien, autant la seconde d’après, j’ai pris conscience que tous chiens n’avaient pas de famille. Tous ces chiens étaient là soit parce qu’ils ont été abandonnés, soit parce qu’ils ont été maltraités, pour ne pas dire battus. Le travail des salariés et des bénévoles là-bas est incroyable. Nettoyer les boxes, la chatterie, donner à manger aux chiens, aux chats, les soigner, les promener. Ça se voit et ça se sent qu’ils aiment les animaux et ça fait plaisir à voir malgré la tristesse de la situation.

Bien sûr, on avait vu d’autres chiens sur le site mais avant de partir, on s’est dit : « on en choisit un et c’est tout ! » Mon chéri me connait bien, je serais rentrée avec tout le refuge si j’avais pu ! En refaisant un second tour et en craquant de mignonnerie à chaque cage, mon regard à croiser celui de Milo. Une jeune croisée Berger noire de 2 ans. J’ai posé ma main sur la grille, elle est venue me lécher. A partir de ce moment, j’ai su que je voulais qu’elle rentre avec nous ! On a demandé à la promener pour voir comment ça se passerait. La balade s’est très bien déroulée. Elle voulait retourner au refuge parce qu’elle savait qu’elle y était en sécurité malgré les conditions. Elle était docile et calme, un amour. En revenant, on dit : « Est-ce qu’on peut l’adopter ? » avec un grand sourire ! 1h et des papiers d’adoption plus tard, Milo rentrait avec nous !

Les détails techniques

Par ailleurs, les chiens et chats qui sont « en mal d’adoption », « malades ou handicapés » ou « âgés » sont mis en SOS comme ils appellent ça. Cela veut dire que l’animal peut être adopté contre un don libre. Vous faites un don à l’association du montant que vous voulez. Cela aide à favoriser les adoptions des animaux qui sont là depuis longtemps. Pour les autres, les dons sont fixés à 150€ pour les chatons et les chats, 250€ pour les chiens et jusqu’à 300€ pour les chiots.
C’est un coût, on ne peut pas le nier. Ces montants uniques servent aux fonctionnements de chaque refuge (nourriture pour les animaux, eau, électricité, chauffage, salaires…).

Par contre, le retour ne s’est pas fait sans mal ! On a eu le droit au vomi et au caca sur la banquette arrière, on adore.. ! Elle se demandait où elle était après 1 mois passé en box. Elle est arrivée début décembre 2017 au refuge. On n’en sait pas trop sur son passé. Elle était dans une maison avec une dizaine de chiens non stérilisés. C’est sûrement là qu’elle est tombée enceinte mais elle a perdu ses petits dans son ventre. Est-ce à cause de l’incendie dans lequel elle a été trouvée ou est-ce qu’elle avait des traces de fumée dans ces poumons ? On ne saura jamais.

Plus tard, la première soirée s’est bien passée. Elle a été très calme et s’est sentie un peu plus en confiance pour jouer !
Milo m’a suivie dans la maison toute la soirée et pendant 2 jours. Elle a eu un peu plus de mal avec mon chéri mais on nous avait prévu qu’elle avait du mal avec les hommes en général. Sûrement des mauvais souvenirs…

Elle a vite vu qu’elle n’avait rien à craindre et qu’on l’aimerait de tout notre coeur 🙂

Des regrets

Avec ma moitié, on a un seul regret : ne pas l’avoir eue bébé tellement elle est chou ! Mais c’est un des sacrifices à faire lorsqu’on adopte un chien en refuge. On accepte avec qu’il ait eu un passé, souvent triste, mais grâce à nous il ne va connaître que des jours meilleurs !

Passez voir son compte Instagram jolie.milo

happilista milo chien noir berger croisé hollandais avec son jouethappilista milo chien noire berger croisé hollandais avec son jouet

 

Love & Be Happy ♡

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

porta. justo risus mi, id Praesent consectetur Donec commodo